La bonne nouvelle, c’est que vous n’avez pas besoin d’être un négociateur doué pour obtenir une bonne affaire sur votre prochain investissement immobilier. Vous avez juste besoin d’apprendre quelques trucs de pros. Alors, comment les agents de l’acheteur négocient-ils un accord ? Cela commence par une compréhension approfondie de ce que le vendeur veut réellement. 

Certains fournisseurs ne sont motivés que par le prix, mais le plus souvent, ils ont d’autres exigences ou désirs. C’est toujours une bonne idée d’en tirer parti pour cadrer votre offre. Cela ne se fait généralement que par l’intermédiaire de l’agent, ce qui signifie que vous devez établir une bonne relation de confiance avec lui. Vous devez également comprendre comment le vendeur souhaite vendre. 

Certains vendeurs préfèrent une vente aux enchères, et il est souligné que dans de telles situations, les offres préalables à la vente aux enchères sont infructueuses et ne font que miner le négociateur avant le grand jour. Il est également important d’avoir une solide connaissance du marché. 

Vous devez connaître le secteur que vous cherchez à acheter intimement. Vous devez identifier au moins cinq ventes récentes de propriétés comparables. Cela élimine certaines anomalies comme un prix de vente anormalement élevé parce que quelqu’un est devenu émotif.

Comment négocier comme un pro ? 

Pour vous aider à prendre une longueur d’avance sur le processus de négociation, voici quelques conseils d’experts. 

  1. Etudiez les ventes comparables

Quand vous faites vos devoirs, cela montre que vous êtes sérieux. Et il est probable que vous obtiendrez plus d’informations des agents de vente. Si vous vous adressez à un agent ayant des ventes comparables en main, un contrat légalement révisé et une compréhension de la demande dans la région pour ce type particulier de propriété, vous devriez être en mesure de parler honnêtement avec l’agent dont les ventes passées récentes sont fiables et comparables. 

Savoir ce que d’autres maisons de la région ont vendu est une information précieuse. 

  2. Cultivez la bonne volonté avec l’agent 

C’est vrai qu’ils travaillent pour le vendeur, mais ne sous-estimez pas le pouvoir de la déférence et de l’amabilité. Traiter poliment l’agent peut vous donner les informations cruciales sur la situation du vendeur et ses attentes. Par exemple, ils peuvent vous dire ce que les fournisseurs apprécient en ce qui concerne le rythme de la transaction, le style de communication, les conditions souhaitées. Et tout ce que vous pouvez faire pour leur permettre une transition plus facile. Le prix devrait venir en dernier dans la discussion.   

  3. Mettez-vous au courant des règles de l’agent avant de négocier 

Pour renforcer votre position, vous devez également comprendre comment l’agent traitera les offres et les contre-offres. Renseignez-vous pour savoir s’ils appelleront le vendeur immédiatement, s’ils signeront l’offre ou s’ils faciliteront une contre-offre. Vont-ils appeler d’autres acheteurs avant de le vendre ? Dans l’affirmative, comment traiteront-ils avec les acheteurs concurrents ? Assurez-vous d’être convaincu que la négociation sera menée de façon équitable afin de ne pas montrer vos cartes et de ne pas vous faire gifler en vous faisant rejeter ou, pire encore, de ne pas vous faire gazouiller ou jouer contre d’autres acheteurs.

  4. Identifiez certaines faiblesses potentielles 

Ayez toujours au moins deux points de négociation dans votre manche. Vous pouvez l’utiliser pour montrer à l’agent que même si vous êtes intéressé par la propriété, vous savez qu’il y a des problèmes dans la propriété qui devraient faire en sorte que le prix soit réduit en conséquence. Savoir ce que le fournisseur veut et savoir ou il y a de la place pour négocier peut être une excellente stratégie. 

  5. Comprendre la position du vendeur

Découvrez ce qui motive le vendeur à vendre. Est-il limité dans le temps et doit-il vendre ? Plus vous comprenez leur motivation, plus vous comprenez ce qu’il faut offrir. Parfois, le fait d’offrir une période de règlement plus courte peut réduire de quelques milliers de dollars le montant de l’entente. Le versement d’un acompte le jour même pourrait également permettre de conclure une affaire. C’est pourquoi il faut extraire autant d’informations pour savoir comment présenter la meilleure offre. 

  6. Assurez-vous que votre offre est claire

Parfois, être succinct et laisser faire est la meilleure option. Faire un suivi trop tôt, demander où en est l’offre, et demander quelles sont les prochaines étapes sont un indice à l’agent que vous avez plus d’un tour dans votre manche. Ne dites pas que l’offre est la meilleure ou la dernière, à moins qu’elle ne le soit vraiment. Les agents ne peuvent pas être tenus responsables d’avoir vendu à un prix plus élevé à un acheteur concurrent si vous leur avez dit que c’est votre dernière offre. Assurez-vous que votre agent sait que vous avez d’autres options en tête. 

  7. Parlez à l’agent de votre plan B 

A ce stade, vous devriez avoir établi un rapport et un peu de confiance. Et vous connaissez également vos valeurs, vous cherchez activement à acheter et vous devriez avoir une propriété Plan B que vous êtes prêt à poursuivre si celle-ci ne va pas dans votre direction. Si l’agent sait que vous n’êtes pas entièrement émotif et que vous êtes suffisamment motivé pour marcher jusqu’au prochain, il se sentira obligé de faire bouger les choses pour vous. Aucun agent ne veut perdre son principal acheteur. Rien n’est pire que de dire à un vendeur que l’acheteur qui a fait une offre raisonnable n’est plus sur le marché. 

  8. Ne soyez pas trop gourmand

En fin de compte, l’entente doit être gagnante pour toutes les parties. Sans le soutien de l’agent, l’affaire peut basculer. En effet, quand bien même la vente aurait lieu, vous devriez faire face à un règlement et à un transfert avec une personne qui pourrait se sentir très négative envers vous. Cultivez une bonne relation avec le vendeur et l’agent pour que tout le monde y gagne. Ne poussez pas la négociation si fort sous peine d’avoir un vendeur qui vous déteste. 

Vous devrez peut-être compter sur leur bonne volonté au moment du règlement. Qu’il s’agisse de retards bancaires ou de chèques manquants, les dates de règlement peuvent être manquées, et la différence entre un vendeur du genre et un vendeur en colère peut représenter des milliers de dollars en frais de pénalité. Sans parler d’une maison sale et d’un jardin mal entretenu.